SE FAIRE LICENCIER EN AUSTRALIE

Salut les voyageurs,

Je voulais vous parler aujourd’hui de quelque chose qui peut arriver à tout le monde : le licenciement en Australie.

Je pense qu’il est important d’aborder le sujet du licenciement et de vous donner quelques conseils pour pouvoir gérer la situation de la meilleure des façons si ça vous arrive.

RETOUR SUR MON EXPÉRIENCE DE BACKPACKER

Après un mois en visa touriste, mon 2ème PVT a été granted en Décembre 2017. Il était grand temps pour moi de commencer mes recherches d’emploi. Ne sachant pas trop vers quoi me tourner, j’ai retravailler mon CV et j’ai créé un compte sur les sites d’emplois comme www.seek.com.au et www.gumtree.com.au

À savoir: Si tu es en possession d’un PVT, tu ne pourras pas travailler plus de 6 mois pour le même employeur.

Après avoir envoyé des dizaines et des dizaines de candidatures dans tous les secteurs, et n’ayant pas obtenu de réponse, j’ai légèrement commencé à désespérer.

Puis, je me suis rappelée que l’on m’avait conseillé le porte-à-porte en Australie et c’est donc ce que j’ai décidé de faire.

Prendre mon courage à deux mains, imprimer une vingtaine de CV et mener une recherche terrain.

Pourquoi n’ai-je pas fait ça plus tôt ? J’aurais gagné tellement de temps!

Une après-midi m’a suffit pour décrocher un essai dans la grosse agence de voyage “HAPPY TRAVELS”, située sur George Street à Sydney.

C’était l’agence qui avait organisé mon road trip avec ma famille en Octobre 2015. Et (presque) tout c’était bien déroulé. Je prévois de vous raconter mon road trip dans un prochain article.

Bref, j’étais un peu stressée à l’idée de rentrer déposer mon CV car je n’avais aucune expérience dans le secteur, et, à l’époque, mon anglais n’était pas terrible.

J’ai sorti mon plus grand sourire et j’ai prétendu être ultra sure de moi. Ca marche quasiment à tous les coups!

Après avoir discuté 5 minutes avec le manager de l’agence, il m’a demandé si j’étais disponible pour faire un essai le lendemain. OF COURSE!

Le lendemain, à 9h, je me suis donc rendue à l’agence pour effectuer mon essai de 3 heures non payé.

(Attention un essai supérieur à 3h doit être payé! Ne laisse pas les managers profiter de ta bonne volonté.)

Le rôle était “Agent de voyage” et je remplacerai un français qui allait partir gérer l’une de leurs agence en Nouvelle-Zélande. Le salaire était plutôt attractif aussi!

Extrait de mon contrat de travail

exemple contrat de travail australiens

Comme je le disais, je n’ai vraiment pas d’expérience dans ce domaine, mais ce qui est intéressant en Australie, c’est qu’ils sont prêts à te laisser ta chance. A toi de faire tes preuves!

Du coup pendant cet essai, j’ai été formé et accompagné par le français. Il était adorable et m’a vraiment fait kiffer le métier!

Dans cette agence, tu pouvais gravir les échelons super rapidement, et tu pouvais même venir travailler en tong. ?

Notre cible c’était les backpackers, comme moi. On (les employés) devait se poser dans la rue, devant notre agence, discuter entre nous, comme ci de rien n’était, et arrêter les backpackers qui passaient. D’une façon dynamique et en ayant pour objectif de les faire rentrer dans l’agence afin de leur proposer un itinéraire de rêve pour leur futur road trip.

Mon essai c’était plutôt bien passé puisque j’ai obtenu le job. J’étais ultra contente, mais c’était un contrat “casual”. Autrement dit, pas de grande stabilité, mais ça, je ne l’avais pas vraiment compris.

Le manager m’avait promis de me former davantage sur le logiciel, les tours opérateurs avec lesquels ils travaillent, les techniques de vente…

Malheureusement, la formation n’était pas au RDV. Je faisais du mieux que je pouvais pour apprendre rapidement en regardant mes collègues. Cependant, avec mon anglais de débutant, je sentais que ça allait être difficile pour moi d’atteindre les objectifs de vente. J’en avais discuté avec le manager. Il me disait que ça viendrait avec le temps, et qu’il ne fallait pas que je m’inquiète…

Il était pour moi plutôt facile d’arrêter les gens dans la rue et de démarrer une conversation, mais j’échouais pratiquement toujours au moment de passer à l’étape n°2 “Faire rentrer le prospect dans l’agence”.

Au bout de 3 semaines, j’ai commencé à avoir moins d’heures sur mon emploi du temps.

Puis, avant de commencer la 4ème semaine, j’ai reçu un appel du français que je devais remplacer m’annonçant que ce n’était plus la peine que je revienne.

Et oui, je me suis fait virer! Je viens de subir mon premier licenciement en Australie.

Quelques jours plus tard, j’ai reçu la rupture de mon contrat de travail par email.

Le motif était “NOT GOOD ENOUGH IN THE STREET” (traduction: Pas assez bonne dans la rue) Franchement, ça m’a fait trop rire! (rire jaune bien sûr) En plus, ça porte à confusion. ?

NE PAS BAISSER LES BRAS!

J’ai été déçue de ne pas avoir été directement contacté par le manager de l’agence, mais il faut savoir que les australiens ne sont pas très francs/honnêtes.

Heureusement, je ne l’ai pas trop mal pris.

J’ai décidé de reprendre des cours d’anglais afin de m’améliorer et de ne plus devoir faire face à ce genre de situation.

J’ai reçu ma paye due, et j’ai continué mes recherches.

Quelques semaines plus tard, je retrouvais un emploi en tant que “Conseillère Australie” où j’y suis restée presque un an.

Tout est bien, qui finit bien je dirais!

MES CONSEILS

Quelques conseils pour éviter de passer par la case “Licenciement en Australie” :

  • Renseignez vous sur les conditions et le droit du travail en Australie, notamment sur le site FairWork.
  • Accepter un contrat “CASUAL” peut avoir ses avantages (flexibilité) mais de gros inconvénients (pas de stabilité).
  • Faites attention à ne pas avoir 2 comptes “superannuation” à votre nom. Il se peut que vous ou votre premier employeur vous en ouvre un, et que votre second employeur aussi…
  • Si l’on vous demande de travailler en ABN, fixer un taux horaire plus élevé que si vous travaillez sous TFN. En ABN, vous êtes “sole-trader” (= auto entrepreneur). Vous allez donc devoir déclarer et payer vos impôts, tandis qu’en TFN, vos impôts sont prélevés à la source.

Si toi aussi tu as subi un licenciement en Australie, laisse moi un commentaire. Je me sentirai moins seule!

N’hésite pas si tu as des questions, je serais ravie d’y répondre.

Bisous à tous.